Tour du Monde en solo

Partie en 2011 pour un tour du monde de 8 mois en solo, j'ai posé le pied dans plus de 10 pays en en prenant plein les yeux, le cœur et la tête. De la Patagonie jusqu'aux plages secrètes de la République Dominicaine en passant par le désert d'Uyuni en Bolivie et le Machu-Picchu au Pérou, de Chiang Mai en Thaïlande jusqu'aux temples de Bali en descendant toute la côte du Vietnam, j'ai parcouru au total plus de 10 000 km avec mon sac sur le dos en m'extasiant et photographiant les paysages parmi les plus beaux de la Terre, à la rencontre des peuples et à la découverte de leur culture.

Voyageuse invétérée, je suis depuis repartie à l'aventure mais je reste fidèle à mon défi de départ : vous emmener avec moi et partager les émotions au travers de mon blog.

Bon Voyage !

À PROPOS DE MOI... ET DU TOUR DU MONDE


L'AUTO-INTERVIEW AVANT LE 
DÉPART
(sept. 2011)
(Lisez aussi mon auto-interview écrite au retour !)

- Olympia, d'où te vient ce goût pour les voyages... de l'Odyssée ?
- Mes parents sont tous les deux nés en Argentine de parents européens immigrés dans les années 20 à Buenos-Aires, ville qui était à l'époque un véritable El Dorado… ils ont un jour décidé de "revenir" vers leurs origines : le Vieux Continent, et se sont d'abord installés à Barcelone, puis à Andorre, où je suis née. 
A 1 an ½ nous sommes partis pour la Corse où nous avons vécu 2 ans, et nous sommes enfin arrivés sur le continent, d'abord en Auvergne puis enfin à Paris, dans ce qui allait peu de temps après devenir China Town. 
Alors, avec un grand-père grec marié à une andalouse, un autrichien marié à une sicilienne, le virus des voyages, je l'avais probablement déjà en moi à ma naissance !

- Ton premier voyage toute seule ?
- Ce petit tour du monde sera mon 1er voyage vraiment toute seule, même si j'aurai quelques points de chute chez de la famille au départ puis chez des amis au cours de mon itinéraire.
A 17 ans je suis rentrée d'Andalousie toute seule en train ; 36h de voyage sans MP3, sans bouquin, sans clim, à dormir par terre dans le couloir car les compartiments étaient blindés, personne à qui parler, et 2 changements de train avec plusieurs heures d'attente dans les gares, je me suis sacrément ennuyée et pourtant ça ne m'a pas calmée !
A 20 ans j'ai fait mon 1er grand voyage à Los Angeles, à 21 ans j'y suis repartie pour y passer 3 mois ½, et c'était le début d'une longue série…

- Depuis quand prépares-tu ce voyage ?
- Ce voyage, j'y pense depuis 8 ans maintenant. J'étais sur le point de poser mon congé sabbatique il y a 6 ans, ma lettre de demande était prête et je comptais l'envoyer à mon retour d'une semaine de ski… mais la vie en a voulu autrement, j'ai eu un accident sur une piste ; fractures du tibia et péroné, et le plateau tibial réduit en purée… je n'oublierai jamais ma première pensée quand j'ai entendu la successions de craaacs et que je me suis retrouvée sur les fesses, sachant pertinemment qu'il y avait de la grosse casse, que mon voyage pouvait être compromis. C'est le lendemain, quand le chirurgien m'a annoncé que j'avais une fracture grave et que je partais pour un minimum de 6 mois d'arrêt, que j'ai vu mon plan s'effondrer. Et je ne savais pas si je pourrai remarcher correctement un jour.
Alors, depuis ce jour, ma vision des choses a changé, cela a motivé toute ma rééducation, et aujourd'hui c'est un peu un challenge, partir 8 mois avec un sac à dos qui pèsera sur mon genou, c'est décidé, je le ferai quand même !

- Comment as-tu choisi les destinations ?  Pourquoi avoir délaissé le Brésil, l’Australie, Le Japon par exemple ?
- Tout d’abord, je ne pouvais pas envisager un Tour du Monde (même si cela n’en est pas vraiment un, au sens où je ne vais pas sur tous les continents, je fais néanmoins le tour du globe !) sans aller en Argentine, la terre natale de mes parents, et le pays où j’ai le plus de famille. Je me suis donc dit que je devais commencer par là. Par ailleurs, c’était plus rassurant pour moi de commencer à Buenos-Aires que je connais un peu et me sentir  "entourée" pour le départ. Ensuite, l'itinéraire s'est fait assez naturellement, c'est d'abord une question de budget, bien sûr, il y a de nombreux pays que j'aurais rêvé d'inclure à mon parcours mais le niveau de vie en est dissuasif, surtout en voyageant seule (Australie, Japon, Ile de Pâques, Fidji, Maurice et tant d'autres).
Le Lac Titicaca, parce qu'une amie de petite enfance était bolivienne et m'en parlait, c'est toujours resté dans ma tête il en faut peu n'est-ce pas. Cuzco et le Machu Pichu… eh bien ce sera probablement dur pour mon genou mais je peux éviter les gros treks et réussir à voir ces merveilles du Patrimoine de l'Unesco.
Ensuite, je tiens à rester un long moment (près de 2 mois ½ !) dans mon "fief", à savoir  dans la baie de Samana en République Dominicaine. J'ai prévu dès le départ que j'y passerai les fêtes de fin d'année avec mes amis de là-bas, un peu comme si j'étais locale ! J'espère probablement  aussi m'en lasser car je sais qu'il y a d'autres paradis sur terre… Si ce n'est pas le cas, j'aurai eu l'impression d'y habiter un temps, sans compter les jours, et ce sera de toute façon l'occasion de découvrir d'autres coins "secrets" de l'île dont on m'a donné les noms…
Miami ? c'est sur mon chemin, et l'opportunité de passer un long week-end qui sera probablement festif. Le Yucatan, où je ne resterai qu'une bonne semaine, sera l'occasion j'espère pour ma mère de m'y retrouver, youpi, ça va être bon !
Los Angeles, mon escale avant l'Asie sera évidemment l'occasion de me refaire une santé avec mes amies qui m'auront certainement  fait couler un bain de jouvence…
En Asie : de la Thaïlande, je connais Koh Tao et Koh Phan Gan, quelques îles de l'archipel de Koh Chang (au Nord Est), et aussi une partie de l'archipel de Koh Lipe dans le sud ouest… il est temps de découvrir le nord ; Chiang Mai et Chiang Rai, ses montagnes, ses temples…  La suite de mon parcours est conditionnée par 2 points de chute possibles, l'un à Hanoï (je compte sur toi Franck !) et au sud à Ho-Chi-Minh avec Cédric et Aya, alors pourquoi ne pas faire ce trajet en train, comme dans cet épisode des Nouveaux Explorateurs dont je suis fan. Pour finir, je ferai une escale de 3 jours à Hong-Kong, ville que je n'aurais pas forcément choisie mais certainement intéressante, et enfin, comment dire, finir mon périple par 3 semaines à Bali et sur les îles autour, cela me paraissait une excellente idée avant de venir retrouver mon bureau pour une année complète (eh oui, les compteurs de congés payés sont remis à zéro, faut pas exagérer non plus...).
On verra au retour si j'ai des regrets (ça m'étonnerait), et j'espère pouvoir continuer à découvrir le monde.

- Une femme seule, ce n'est pas dangereux ?
- Tout d'abord, c'est bien connu, on n'est rarement aussi entouré que lorsque l'on voyage seul(e). Je ne suis pas une personne timide, et j'ai l'énorme chance de parler 3 langues, alors la communication n'est pas un problème, même quand il faut faire des dessins ou des signes comme ça a été le cas en Chine, bien au contraire, j'adore devoir chercher d'autres moyens d'échanger !
Etre seule, c'est être libre, libre de choisir son programme, de se joindre à d'autres personnes, de  choisir son rythme, etc. J'ai rencontré de nombreuses femmes voyageant seules qui ne payaient vraiment pas de mine et qui s'en sortaient très bien.
Et puis je me sens aujourd'hui assez mûre et prudente pour choisir les gens avec qui j'ai envie de partager un bout de chemin, je préfère rester seule et libre plutôt que de me retrouver avec des personnes avec lesquelles je ne partage rien. Après, on n'est jamais à l'abri d'une mauvaise rencontre, en voyage comme au coin de sa rue.
Bien sûr, cela comprend des inconvénients ; ne pas avoir une personne avec qui partager ses émotions tout au long du voyage, un coût supérieur puisqu'on ne peut rien partager (c'est plein pot dans les hôtels, donc ce sera le plus souvent des auberges de jeunesses à 4 ou 6, j'ai testé cet été, c'est parfait), je ne pourrai pas piquer dans l'assiette de mes voisins pour goûter à tout :p, je n'aurai personne pour me porter ou me tenir mon sac, m'apporter un bouillon si je suis malade, me tenir le bras ou garder un œil protecteur, alors je devrai faire plus attention à tout, être encore plus prudente pour tout. Je pense qu'on prend vite l'habitude, et puis le sac à dos finit par ne faire plus qu'un avec soi-même.

- Qu'est-ce que tu attends de ce voyage ?
- D'abord, c'est un "break" dans ma vie personnelle, une pause dans ma vie professionnelle, un moment pour moi dans ma carrière pour profiter de tout ce que peut nous offrir ce monde aux mille couleurs, aux mille saveurs, aux mille senteurs… regarder, sentir, rencontrer des gens, parler d'autres langues, communiquer parfois avec les gestes, c'est aussi un moyen de faire une rupture avec mes habitudes, mon confort, ne partir qu'avec le nécessaire (un de mes plus gros challenge !), partir "légère", avoir le courage d'abandonner –pour quelques mois- famille, amis, objets, mon petit nid douillet. J'aime perturber les habitudes et passer de notre petit confort à des préoccupations plus terre à terre, plus proches du sol et des gens… nous autres qui vivons dans les villes ne nous asseyons plus jamais au sol, ça me manque !

- Est-ce que tu as peur ?
- Bien sûr, j'ai une appréhension, je redoute les moments de solitude, de galère, il y en aura de toute façon, mais après tout, la technique nous permet de rester proches, et puis tous les voyageurs le disent, on ne rencontre jamais autant de monde que lorsque l'on voyage seul !
J'ai mes petites angoisses (à vrai dire je pense à ce voyage nuit et jour depuis plusieurs mois), mais je sais qu'une fois lancée toutes ces petites préoccupations vont s'envoler et la joie de la découverte va tout effacer. 

- Pourquoi un blog ?
- L'idée était là dès le départ, et puis, au fil des mois et à force de visiter des centaines et des centaines d'autres blogs de voyageurs et autres tourdumondistes, j'ai fini par douter… un de plus ? Oui, un de plus, d'abord pour rester en contact avec ma famille qui est éparpillée entre l'Argentine et l'Europe, mes amis aux 4 coins du monde, et puis aussi pour partager, mes impressions, mes photos, les bons plans, proposer des conseils à d'autres voyageurs et offrir de l'évasion -mon évasion- à qui en voudra !

- Tu veux faire une "spéciale dédicace" ?
- Oui, je veux remercier toutes les personnes qui m'ont aidée à réaliser ce rêve, en commençant par ma famille, compréhensive, mes amis qui m'ont encouragée et qui m'ont offert de quoi prendre de magnifiques photos et les publier en ligne pendant mon voyage, mon employeur, Canal+ chez qui je travaille depuis 14 ans, qui me donne la chance de pouvoir profiter de cette pause et qui à accueilli ma demande avec enthousiasme et bien sûr, le Dr Copin et Corinne Godard (mes chirurgienne et kiné) grâce à qui j'ai pu remettre ce projet "sur pieds" :)

Je voudrais aussi dédier ce blog à toutes celles et ceux, qui aiment ou aimeraient voyager et qui pour des raisons physiques, de maladie ou financières ne peuvent pas le faire… je vous emmène avec moi et j'espère vous faire rêver, ENJOY

Vous aimerez aussi