Tour du Monde en solo

Partie en 2011 pour un tour du monde de 8 mois en solo, j'ai posé le pied dans plus de 10 pays en en prenant plein les yeux, le cœur et la tête. De la Patagonie jusqu'aux plages secrètes de la République Dominicaine en passant par le désert d'Uyuni en Bolivie et le Machu-Picchu au Pérou, de Chiang Mai en Thaïlande jusqu'aux temples de Bali en descendant toute la côte du Vietnam, j'ai parcouru au total plus de 10 000 km avec mon sac sur le dos en m'extasiant et photographiant les paysages parmi les plus beaux de la Terre, à la rencontre des peuples et à la découverte de leur culture.

Voyageuse invétérée, je suis depuis repartie à l'aventure mais je reste fidèle à mon défi de départ : vous emmener avec moi et partager les émotions au travers de mon blog.

Bon Voyage !

30 mai 2012

A QUELQUES HEURES DU RETOUR DE MON TOUR DU MONDE DE 8 MOIS EN SOLO

Olympia on Board for Paris… 
cette incroyable aventure est la mienne, j'en ai été la protagoniste mais tout autant la spectatrice au quotidien. J'ai été tellement fascinée par tout ce que je j'ai vu qu'il s'est crée une sorte de distance entre ce que je vivais et les images que j'enregistrais au fur et à mesure dans mon esprit pour pouvoir les régurgiter le jour venu. 

Le jour est venu jeudi dernier. Couchée sur le sable devant cette mer paisible qui était 
en train de se retirer, j'ai mentalement refait tout mon Voyage. J'avais imaginé ce jour où, ayant bouclé la boucle, je serai quelque part en train de reconstruire cette tour de Babel de souvenirs. Je me souviens qu'avant mon départ je mentionnais mon itinéraire en énumérant des pays à la suite

20 mai 2012

DE BALI A GILI AIR

5h10, j'ouvre les yeux, les oiseaux ont commencé à chanter, j'entends un chat cracher, probablement sur l'écureuil qui vient toutes les nuits grignoter ses amandes sauvages sur la petite table de mon balcon, me laissant quelques copeaux et les noyaux des amandes en guise d'offrande… je me rendors, il est trop tôt. 6h10, mon réveil sonne. Il doit bien y avoir une explication au fait que depuis près de 8 mois je me réveille naturellement et sans le moindre effort aux aurores. Aujourd'hui j'avais mis le réveil par précaution car on vient me chercher à 7h pour prendre le bateau vers l'île de GILI AIR, où je compte passer la dernière quinzaine de jours de ce Tour du Monde. Une île minuscule dont on fait le tour par la plage en une heure et demie. Moins de 1000 habitants, pas de véhicules à moteur, juste quelques vélos et des carrioles en bois tirées par de tous petits chevaux qui portent grelots et œillères, le Bréhat de l'Indonésie en quelque sorte…
Comme pour chaque étape de ce voyage, je suis convaincue d'avoir fait le bon choix, cette dernière halte me permettra de me reposer et de profiter de cette paix inestimable avant de retrouver Paris et mon appartement minuscule où le soleil n'entre jamais.

Le jour s'est maintenant levé, et dans le ciel bleu quelques nuages oranges, roses à rougeâtres éclairés par le soleil qui est en train d'apparaître. Tout est calme et pourtant je ne suis pas la seule à être déjà debout. Ici comme dans la majorité des pays que j'ai visités, les gens vivent au rythme du soleil. Evitant au maximum les endroits les plus touristiques, j'ai rarement trouvé un endroit ouvert passé 22 heures, les bars et restaurants fermant au plus tard vers minuit étant destinés

Vous aimerez aussi