Tour du Monde en solo

Partie en 2011 pour un tour du monde de 8 mois en solo, j'ai posé le pied dans plus de 10 pays en en prenant plein les yeux, le cœur et la tête. De la Patagonie jusqu'aux plages secrètes de la République Dominicaine en passant par le désert d'Uyuni en Bolivie et le Machu-Picchu au Pérou, de Chiang Mai en Thaïlande jusqu'aux temples de Bali en descendant toute la côte du Vietnam, j'ai parcouru au total plus de 10 000 km avec mon sac sur le dos en m'extasiant et photographiant les paysages parmi les plus beaux de la Terre, à la rencontre des peuples et à la découverte de leur culture.

Voyageuse invétérée, je suis depuis repartie à l'aventure mais je reste fidèle à mon défi de départ : vous emmener avec moi et partager les émotions au travers de mon blog.

Bon Voyage !

21 février 2017

RÉSERVER VOTRE SÉJOUR À LAS GALERAS

SamanáChaque semaine vous êtes plus nombreux à consulter mon blog pour trouver des informations sur Las Galeras, ce petit village de pêcheurs encore intact tout au bout de la péninsule de Samaná.

Ravie que mes conseils et mes articles vous présentant Las Galeras vous soient utiles, j'ai décidé de franchir le pas pour vous offrir la possibilité de réserver votre hébergement, vos excursions ou services au travers de mon blog.

Vous pouvez le faire 
soit de façon plus personnalisée et en direct via le formulaire qui se trouve ici.


photo mariageSi vous voulez que je vous aide de façon plus personnalisée  et en direct avec les prestataires pour votre recherche d'hébergementexcursionslocation une voiture, programmer une séance photo sur une plage de rêve en familleentre amis ou en couple, vous pouvez me contacter via ce formulaire.


Si vous souhaitez faire directement une recherche d'hébergement, utilisez le formulaire de Booking.com ci-dessous

Booking.com

réservation hôtel

POURQUOI RÉSERVER VOTRE HOTEL EN PASSANT PAR MON BLOG ?

Pour être totalement transparente, je dois vous dire que depuis 2011 où j'ai lancé mon blog OlympiaOnBoard, je renseigne gracieusement de nombreux internautes qui me contactent à travers ma page Facebook ou du formulaire de contact, mais aujourd'hui je dois multiplier mes activités pour pouvoir vivre dans ce village où j'ai choisi pour m'installer.

Depuis deux ans, les offres d'emploi locales que j'ai reçues sont nombreuses, mais lorsqu'on parle de salaire -local lui aussi- à 280 € mensuel en général pour un travail à temps-plein, dans un pays où le coût de la vie avoisine parfois celui de la France, vous imaginez qu'il m'est difficile de continuer à y consacrer du temps sans recevoir de rétribution.

photographie de mariageParce que je souhaite développer mon activité de photographe au sein de Click On The Beach que j'ai crée avec un ami, que j'ai besoin de temps pour monter des sites internet que l'on me commande ponctuellement, je vous propose désormais de privilégier mon blog pour effectuer vos réservations où que ce soit dans le monde, en toute confiance puisque vous serez redirigés directement vers le site de mon partenaire BOOKING.COM. N'oubliez pas de revenir sur mon blog quand même :)

photographeEffectuer votre réservation dans un hôtel, une chambre d'hôtes ou une location en passant par mon blog, c'est exactement pareil que si vous alliez sur un autre site de réservations puisque vous n'aurez AUCUN FRAIS SUPPLÉMENTAIRE ; c'est simplement Booking.com qui repartage les commissions que les hôteliers lui reversent avec moi, vous n'avez rien de plus à faire.

C'est donc kif-kif (où "same-same" si vous préférez le style Thaï) pour vous, à la différence que vous faites un petit geste -qui ne vous coûte rien- pour que je puisse recevoir une petite rétribution en remerciement des informations que vous aurez pu collecter sur mon blog.
Et cela marche aussi pour toutes les autres destinations du monde, pas uniquement Las Galeras !

Qu'en pensez-vous ?
J'espère vous avoir convaincus et vous remercie sincèrement par avance de votre geste qui me permettra de continuer à bloguer... pour votre plus grand plaisir.


VOS RÉSERVATIONS D'EXCURSIONS AUTOUR DE LAS GALERAS AUSSI !


excursion Las GalerasPar ailleurs, vous pouvez aussi me solliciter directement pour vous obtenir des tarifs spéciaux auprès les hôteliers, chambres d'hôtes et locations du village qui ne sont parfois pas répertoriés sur internet, car ici tout le monde me connaît et j'ai l'habitude de leur demander de faire une "petite fleur" à mes compatriotes, ça marche aussi pour les excursions et autres services (massages, guides, etc.) !



N'OUBLIEZ PAS, 
POUR QUE BOOKING.COM 
PUISSE ME REVERSER UNE PARTIE DE SA COMMISSION* 
(*collectée auprès des hôteliers),
IL EST INDISPENSABLE QUE VOUS PASSIEZ PAR LE FORMULAIRE DE RECHERCHE CI-DESSUS 
POUR RÉSERVER VOTRE HÔTEL !



A bientôt et excellent séjour à Las Galeras !





13 février 2017

DES DIFFÉRENCES CULTURELLES...

Je vous avais dit que j'allais publier un article sur les différences culturelles entre la République Dominicaine et "nous autres" français.
Chaque jour je suis ici confrontée à cette différence, et bien que je me sente tout à fait intégrée et au mode de vie dominicain, il y a quelques domaines pour lesquels je n'arrive toujours pas à comprendre ou assimiler cette différence.
Pire, je pense que je n'arrive pas, ou très difficilement à l'accepter
C'est plus fort que moi, il y trois domaines en particulier qui peuvent me rendre chèvre.

Mais avant toute chose, quelques petites précisions en introduction : j'ai essayé d'écrire cet article avec humour et respect, je ne voudrais en aucun cas que l'on puisse y voir une quelconque méprise ou moquerie, mon intention étant justement de bien faire comprendre nos différences culturelles, sans parti pris ni jugement de valeur.
Par ailleurs, je précise que mes observations sont basées sur ma vie à Las Galeras, qui je vous rappelle est un village tout au bout du bout d'une péninsule Nous sommes dans un milieu rural au taux d'analphabétisme et d'illettrisme très élevé ; mes observations seraient peut-être différentes à la capitale ou dans l'une des grandes villes du pays.

DE LA NOTION DE TEMPS,
DES DISTANCES
ET DE L'ORIENTATION...


LA NOTION DU TEMPS

Peut-être la différence culturelle la plus facile à comprendre, pas forcement à accepter.

Parce que l'on sait tous que dans les pays chauds, le temps à tendance à rallonger.
Serait-ce la chaleur moite qui vous cloue sur votre chaise et vous empêche de bouger ?
Cela à probablement quelque chose à voir avec la température. Chaleur ou pas, cela est bel et bien ancré dans les gênes semble-t-il, et l'on comprend rapidement (ou pas) que "mañana", cela ne veut pas forcement dire "demain" mais... "un autre jour".

Partant de ce concept, on peut décliner la notion de temps élargi à "ahora" (maintenant), "ahorita" (dans un moment), "más tarde" (plus tard) et "luego" (encore plus tard).
Aussi, lorsque votre garagiste, le plombier, le jardinier ou le serveur vous dit que que vous serez servi "ahora", prenez votre mal en patience et détendez-vous, car

1 octobre 2016

ITINÉRAIRES EN RÉPUBLIQUE DOMINICAINE


"Dire que l'on connaît la République Dominicaine 

lorsqu'on ne connaît que Punta Cana... 

c'est comme dire qu'on connaît la France 

en n'étant allé qu'à Disneyland !"


Mer des Caraïbes à Paraíso
Mer des Caraïbes à Paraíso
Vous connaissez la République Dominicaine pour ses hôtels "tout-inclus" de Punta Cana et Bavaro, cette bande de plage d'une quarantaine de kilomètres à l’extrémité Est du pays, où les hôtels se suivent côte à côte. Vous-même ou une de vos connaissances y êtes allés pour 8 à 10 jours de détente (voire de fête) dans un hôtel avec 8 piscines, 5 restaurants et une plage au sable blanc et eaux turquoises. On vous a mis un petit bracelet au poignet et on vous a fortement déconseillé -pour votre sécurité" de sortir de l'hôtel, où de toutes façons vous avez tout à disposition : depuis le buffet pantagruélique jusqu'aux boissons alcoolisées -souvent de mauvaise qualité- à volonté. On vous a initié à la bachata le jeudi lors de la soirée "dominicaine" de l'hôtel et vous vous êtes même peut-être aventurés à faire une excursion vendue dans

22 septembre 2016

THE LOVE CATS


Ce joli bouquet, dont les fleurs ont éclos cette semaine, cache en réalité la tombe d'un chat. De mon chat. Je ne lui avais pas donné de nom, et d'ailleurs ce n'était pas "mon" chat, c'est moi qui était "sienne".



Lorsque l'hiver dernier j'ai visité la maison que j'habite pour quelques mois à Las Galeras, une maman avait mis bas de deux chatons qui à l'époque la tétaient encore. Lorsque j'ai emménagé mi-avril, les deux chatons étaient devenus deux jeunes adolescents, et dès les premiers jours je prenais plaisir à regarder ces deux frère et soeur dormir ensemble, manger ensemble, jouer ensemble. La femelle était soumise et timide face à son frère au caractère trempé. Lorsque je leur donnais à manger, le mâle s'accaparait toute la nourriture, grondant en même temps qu'il s'empiffrait, capable de ne pas laisser une miette à sa soeur. A l'inverse d'elle, il n'était pas farouche, oh non, miaulait sans cesse pour réclamer de la nourriture, ç'en était du harcèlement moral lorsqu'à peine levée je le voyais mendiant derrière les carreaux. Néanmoins, il avait su gagner mon affection. Il n'avait peur de rien, se laissait caresser ou chahuter en toute confiance. Son jeu favori consistait à se laisser glisser le long de mon tibia, l'utilisant ma jambe comme un tobogan et aterrissant en boule à mes pieds. Je n'avais jamais vu un chat faire ça, c'était attachant au possible. A ces deux chats, ni aux autres qui quelques semaines plus tard prirent possession de ma maison, je n'ai donné de nom. Enfant, mon père nous avait offert un siamois qui m'accompagnat de mes 6 ans jusqu'à mes 25 ans. Je l'aimais par dessus tout. Il me suivait partout, et restait des heures assis sur la table du salon, la tête câlée à quelques centimètres de l'ampoule qui éclairait mes devoirs d'école, de collège, de lycée et plus tard d'université. Je me disais toujours qu'il allait finir par avoir

Vous aimerez aussi